Être blanc, c’est trop bien!

Sortant d’un pays dans lequel la question des minorités se pose moins (pour des raisons si multiples qu’ils n’auront pas la place dans cette introduction), je me suis intéressé particulièrement à mon pays d’études et ses lois. N’étant pas habitué au contrôle dans les transports publics (qui dans les bus au Luxembourg sont presque absents et occasionnels dans les trains), je savais au moins qui s’ils étaient conduites, ils étaient pour tout le monde. Depuis que je suis usager régulier des trains français, je me suis rendu compte que les contrôles, surtout ceux des cartes de réduction jeunes, sont assez arbitraires, et que les contrôles sont surtout menés chez ceux avec un style vestimentaire plus “désinvolte” dont surtout ceux avec une couleur de peau différente. Ce n’est qu’un sentiment que je ne peux pas prouver, je suppose que beaucoup ne seront pas d’accord avec moi, mais de ce fait je me suis demandé s’il n’y pas bien une discrimination structurelle plus frappante en France. Et bien si, elle s’appelle la guerre contre les drogues.

Écouter cet article

Depuis longtemps la France essaie de mener une guerre impitoyable contre les stupéfiants, à défaut de succès: les drogues non jamais été si accessibles qu’aujourd’hui. Mais la persécution de ceux qui vendent, détendent et consomment n’a pas cessé de ruiner des vies.
L’anthropologue Didier Fassin a mené une enquête ethnographique dans une maison d’arrêt et publié dans l’ouvrage l’Ombre du monde, paru au Seuil en janvier 2015. [1]

Il constate que:

“Les hommes noirs et arabes représentaient les deux tiers de l’ensemble des détenus et même plus des trois quarts des moins de 30 ans.” [2]

Selon lui, l’usage, la détention et le revente de cannabis, souvent de quantités modestes, expliquent l’augmentation des incarcérations. Ces infractions sont responsables d’une entrée en prison sur sept.

En effet, la guerre contre la drogue a touché les minorités de façon disproportionnée. Et ce n’est pas tellement une discrimination organisée que c’est une discrimination qui résulte d’une politique sociale manquée et de stéréotypes engrainés.

4157630115_4f6b1cbafe_o

Aux Etats-Unis, il se montre en effet que tant que la consommation de stupéfiants est égale entre les ethnies, le taux d’incarceration montre que les minorités sont incarcerées plus. Ceci a créé aux States le terme de “criminal justice reform”, donc la reforme du système judiciaire, un vrai sujet politique. En France, les défenseurs de l’Etat nounou ont une telle opposition aux drogues qu’ils négligent les conséquences néfastes que ceci à sur les jeunes minorités. [3][4]

Si vous avez des substances illégales sur vous, mieux vaut être blanc et en chemise pour réduire vos chances de vous faire arrêter. Vous portez moins de stéréotypes. Il faut se rendre compte qu’en France, la discrimination existe encore, et elle montre son visage dans une répression contre les drogues qui n’est pas nécessaire. Oui, être blanc, dans tout ça, c’est trop bien.

Essayons de le changer.


Picture are Creative Commons and linked.

Thanks for liking and sharing!

[1] Le livre

[2] Didier Fassin, L’Ombre du Monde, page 119

[3] http://www.drugpolicy.org/race-and-drug-war

[4] http://www.forbes.com/sites/erikkain/2011/06/28/the-war-on-drugs-is-a-war-on-minorities-and-the-poor/#12b8494034b6

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s