Sarkozy OU Les fantômes du passé qui ne hantent plus

Il avait promis de ne pas revenir après sa défaite en 2012, mais Nicolas Sarkozy est quand même de retour. Cette fois il ne plaisante pas: il veut relever la France de la mauvaise gestion de la Gauche. Mais toutes ces banalisations de la dette publique en hausse et des déficits qui explosent, de la multiplication et l’augmentation considérable des impôts et taxes, ils viennent d’où en fait? Occasion de rappeler quelques faits.

image

Nicolas Sarkozy venait d’arriver au pouvoir quand j’ai commencé à m’intéresser à la politique, et il convient de dire qu’il n’était pas apprécié du tout au Luxembourg. Chez nous il était “la teigne“. Tout l’espoir qu’avaient eu les Luxembourgeois qu’il renforcerait la sécurité interne au bénéfice de celle de la zone frontalière était remplacé par la morosité envers ses propos sur la fiscalité luxembourgeoise dès 2008. Lui qui connaissait parfaitement le fonctionnement du secret bancaire et l’échange de données en cas de soupçon d’évasion fiscale marquait grand homme et déclarait la guerre au “paradis fiscaux”[1]. En effet Sarkozy avait trouvé son âme sœur politique à Berlin, Angela Merkel, avec laquelle il avait réussi de créer ce que Martin Schulz (aujourd’hui président du Parlement européen) appelait “le directoire franco-allemand au sein du Conseil de l’Union européenne”. L’ancien président de la République pointait du doigt sur le Luxembourg pour éviter qu’on se rend compte chez lui quelle envergure prenait sa gérance “du monde après crise”.

#Chômage

A presque toutes les occasions je regarde les questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Il n’y a pas un jour où il n’y pas un député de l’UMP qui pose une question sur le chômage de plus en plus élevé. En effet, le taux de chômage a franchi le seuil des 10%[2] sous François Hollande et va probablement continuer. Mais attendez, de quel autre président peut-on se rappeler sous lequel le chômage était de 10%? Et oui, de novembre 2009 à janvier 2010 la France sous Sarkozy avait aussi franchi cette ligne.[3] Entre 2007 et 2012 le chômage en France avait augmenté de 7,7% à 9,4%[4], faisant de Nicolas Sarkozy le recordman de la hausse de chômage avec 2,1 points en deux ans.[5]

#Déficits

De la même façon Sarkozy est le Roi des déficits. Depuis 2002 les dépenses avaient augmenté considérablement plus vite que les recettes (entre 2002 et 2010 +25% pour les recettes mais +34% pour les dépenses). Dans cette même période de 8 ans les dépenses des collectivités territoriales ont augmentés de 5,1% par an et celle des administrations de la sécurité sociale de 4,3% par an. En 2011 la dépense publique avait atteint les 1,126 milliards d’euros.[6] Nicolas Sarkozy était, en politique de rigueur, aussi inactif que la majorité de Gauche de nos jours.

992480206_4205406a4f_o

#Dette publique

Le bilan 2007-2012 de la dette publique est absolument désastreux: elle est passée de 62% à plus de 88% du PIB et a passé les 1.800 milliards d’euros (ce qui est plus que 33 fois le PIB du Luxembourg de 2013[7]). La Droite sarkozyste a tout à se reprocher quand la société civile française ne s’indigne plus de la dette publique et qu’on est dans une spirale d’emprunt d’argent pour payer l’intérêt sur la dette depuis 7 ans.

Dette-Publique-1Augmentation de la dette sous Sarkozy-Fillon visiblement élevée[8]

Et bien ce lecteur sarkozyste va nous dire que c’est une comparaison inégale, qu’il faudrait relever la crise de 2008. Même si on laisse de côté les subventions de risques et la sur-régulation qui ont eu leurs effets et origines partout dans le monde et qui sont dans aucun instant un problème étatiste exclusivement français, le fait que cette Droite défend de façon aisée de sauver des banques privées avec l’argent public devrait nous faire penser.

Si vous tenez un compte d’épargne (qui est sans doute un moyen déficitaire pour utiliser votre argent) auprès d’une société coopérative vous n’aurez pas de risques en ce qui concerne les fluctuations des marchés financiers. Si par contre vous étiez plus à l’aise pour vous aventurer et courir des risques afin de toucher des rendements supérieurs, il ne semble qu’évident que vous devez assumer ce risque lorsqu’il est question de perdre. De lever ce principe consiste à les motiver encore plus et de ridiculiser la critique envers le soi-disant “marché libre”.

#Impôts

Je ne suis pas au courant si François Hollande vient de dépasser les prélèvements d’impôts de Nicolas Sarkozy, mais en tout cas la Droite va se régaler de la nouvelle. Rien ne devrait alors nous empêcher des 205 impôts et taxes du quinquennat Sarkozy, dont je vous offre un échantillon ici:

  • Taxe sur les hauts revenus
  • Taxe sur les loyers élevés des micro-logements
  • Taxe sur les sodas et boissons sucrées
  • Taxe sur les nuitées d’hôtel supérieures à 200 euros
  • Taxe sur la provision pour hausse des prix du secteur pétrolier
  • Taxe sur les activités privées de sécurité
  • Taxe de risque systémique pour les banques
  • Taxe de droit de timbre pour l’introduction d’une instance
  • Taxe sur les opérateurs ferroviaires privés
  • Taxe sur la capitalisation boursière
  • Taxe sur les sociétés d’assurances
  • Surtaxe sur les entreprises dites « de réseau »
  • Taxe spéciale d’équipement au profit de la société du grand Paris.
  • Taxe sur les exploitants de centrales nucléaires.
  • Taxe sur les bonus des traders
  • Taxe sur les complémentaires santé pour frais générés par la grippe A
  • Taxe sur le produit des appels à des numéros surtaxés
  • Taxe d’interjection d’appel principal
  • Droit de timbre perçu en cas de renouvellement anticipé de la CNI
  • Taxe sur le certificat d’immatriculation d’un véhicule neuf ou d’occasion
  • Taxe écologique sur les poids lourds
  • “Forfait social” pour les employeurs
  • Taxe minière sur la production d’or en Guyane.
  • Taxe sur les véhicules polluants
  • Taxe fixe sur chaque rapport de certification des comptes
  • Taxe sur les distributeurs de pharmacie
  • Taxe sur les stock-options et les attributions gratuites d’actions
  • Taxe sur les indemnités de mise à la retraite d’office
  • Taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules
  • Hausse du forfait social sur l’intéressement et la participation
  • Hausse de la taxe sur les conventions d’assurance
  • Hausse de la taxe sur le tabac et l’alcool
  • Hausse du barème de la taxe sur les véhicules de société.
  • Hausse de l’assiette de la CSS
  • Hausse du taux de la contribution sur le gain de la levée des stock-options
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux
  • Hausse du taux de forfait social sur l’épargne salariale
  • Hausse de la taxe sur le tabac.
  • Hausse du forfait journalier hospitalier et du « forfait social »
  • Hausse des prélèvements sociaux sur les « retraites chapeaux »
  • Hausse de la fiscalité sur les plus-values mobilières
  • Hausse de la taxe sur le CA de la branche santé des assurances complémentaires
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux.
  • Fin de la défiscalisation totale des heures supplémentaires
  • Suppression de l’abattement sur la participation et l’intéressement
  • Réduction de cotisations patronales sur les bas salaires
  • Plafonnement de la réduction d’assiette au titre des frais professionnels
  • Fin de l’exonération de prélèvements sociaux sur certains contrats d’assurance-vie
  • Fin des exonérations fiscales des sportifs professionnels
  • Suppression de l’exonération de la taxe sur les accidents du travail et maladies professionnelles.

#Conclusion

Les sondages nous ont montré en 2012 que les Français avaient ras-le-bol avec Nicolas Sarkozy. Chers Français, vous avez bien eu raison et rien ne vous empêche de laisser hanter les fantômes du passé. En même temps je vous invite de considérer que votre problème n’est pas de faire le choix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, et non plus de préférer un autre parti. Ce que vous devriez faire avant est de vous poser la question sur ce qui est le rôle de l’État.

IMG_20150225_224001

Est-ce le rôle de l’État d’organiser une redistribution massive qui favorise souvent l’inactivité, la dépendance, la fraude, la dette, le corporatisme? Le futur appartient-il aux grands hommes politiques avec leurs grands discours sur la solidarité, les nouvelles dépenses qu’ils veulent mettre en place, les libertés qu’ils veulent restreindre, ou pas plutôt aux individus avec leur pouvoir d’entreprendre et leur capacité de prendre leurs propres décisions?

J’aime bien exprimer l’idée que même que j’apprécie pas la fonction de l’État-providence, je peux très bien comprendre ses bonnes intentions, et surtout je me contente de croire parfois que beaucoup de politiciens ne font que personnaliser ce concept de bonne volonté et de mauvaise mise en œuvre. Mais si on voit le clientélisme à travers la fonction publique et les abus de pouvoir qui ne font que se reproduire régulièrement, et dont Nicolas Sarkozy est encore plus l’exemple clé que juste inclus dans ce groupe – avec 9 affaires en total, dont l’affaire Karachi, Tapis, Bettencourt, Bygmalion [9] -, on se dit que c’est bien le rôle trop important de l’État qui attire ceux qui profitent et dirigent de façon autoritaire.

Vous me demanderiez alors qui va gagner en 2017, et je ne pourrai que vous répondre:

Pas vous.


[1] On m’a jamais expliqué en quoi le terme “paradis fiscal” devrait constituer un terme pégoratif.

[2] Chiffres EuroStat: 10,1% pour le mois de janvier 2015

[3] Tableau actualisé sur LesEcho.fr avec les sources EuroStat

[4] Institut national de la statistique et des études économiques en France – Taux de chômage depuis 1975

[5] Il faut ajouter tout de même que la politique de Sarkozy, contrairement à celle de François Hollande, se refèrait pas aux emplois publics pour compenser. Sous le gouvernement Fillon des milliers de postes de fonctionnaires publics ont été supprimés.

[6] Le bilan de Sarkozy – Le Nouvel Observateur

[7] Chiffres de la WorldBank

[8] Graphique issue d’un article sur Contrepoints.org

[9]S’y retrouver dans les 9 affaires qui impliquent Nicolas Sarkozy” dans Le Monde

Thanks for liking and sharing!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s